Section de Gréasque
Section de Gréasque

SDF contre grippe A : choisis ton camp, camarade !

Le pataquès au sujet de la grippe A semble à nouveau s’essouffler, couvert par les trompettes mercantiles des fêtes de Noël.

Une expression entendue à la radio l’autre jour est passée inaperçue. “Un premier pic a été atteint”. Ben oui, faut pas le clamer trop fort, mais l’épidémie est désormais sur la pente descendante, même si paraît-il ça pourrait reprendre.

On peut tout de même hasarder un premier bilan : selon le site officiel, on comptait au 21 décembre 168 morts, et 4 347 125 personnes vaccinées, bien motivées par la propagande de la pire espèce complaisamment répandue et qui insinuait que le virus était en train de muter et avait une tendance sympathique à bouffer les poumons… SuperNonotte, convaincue dans un premier temps de s’abstenir par un pédiatre et un généraliste, a failli céder à la panique et emmener les gamins à la piquouze.

Il y a 15 jours, donc en pleine hystérie, j’ai amené mon gamin chez le généraliste pour un autre bobo, et je m’attendais à trouver une salle d’attente bondée et tout le monde affublé de masques… Rien de tout ça, les deux pelés et les trois tondus habituels… Le médecin m’a dit que depuis le début, il n’avait vu que 8 cas de grippe, bénins, sans savoir si c’était la “A” ou l’autre, celle dont tout le monde se cogne. Il faut dire que le test qui permet de les différencier coûte 250 euros, et que donc personne ne l’utilise…  8 cas pour un généraliste dans un village de 2000 habitants qui en compte deux, pas de quoi en faire un fromage. D’ailleurs, 168 morts, cela peut paraître beaucoup. Surtout quand on
va filmer les familles éplorées pour avoir de belles images au 20 heures, alors qu’on se contente de donner les chiffres bruts des millions de morts du paludisme, du Sida ou de la famine, selon un ignoble procédé de propagande dont les médias sont friands…

La grippe “ordinaire”, dont personne ne parle jamais, fait entre 3000 et 7000 morts tous les ans. Et tout le monde s’en fout. Il va bien falloir reconnaître que, comme la vache folle, le bug de l’an 2000 et la grippe aviaire, nous avons été victimes d’un nouvel épisode de peur médiatique savamment orchestrée dont les buts principaux sont de faire
vendre des journaux, faire prospérer l’industrie pharmaceutique, détourner l’opinion des vrais problèmes et faire croire que le gouvernement s’occupe de vous (alors que son seul but est de favoriser les riches et les puissants, en installant méthodiquement et de manière irréversible le libéralisme).

Malgré cette peur artificiellement créée Rozelybe Bachelot n’a toujours pas réussi à écouler 5% de ses 94 millions de vaccins ! 1 sur 20 ! Que va-t-elle faire du reste 338 SDF sont morts depuis le début de l’année, et qu’ils étaient même 399 en 2008.

Aussi incroyable que cela puisse paraître au consommateur ordinaire de médias, il faut se rendre à cette évidence :

il y a donc 2 fois plus de morts dans la rue que de la grippe A.
Pourtant, dans le cas des SDF, nul besoin d’acheter des millions de vaccins : le remède est simple ! Il suffit de construire suffisamment de logements (ce qui accessoirement crée des emplois socialement utiles) et de donner à tout le monde les moyens d’y habiter.

Aux ricaneurs endoctrinés qui prétendraient que ce n’est pas possible, il suffit de voir comment en Espagne des millions de logements sont sortis de terre en quelques années, dans un pur but de spéculation financière… Ils sont pour la plupart toujours vides.

Il y aurait 100 000 SDF en France… Avec le cadeau de 4 milliards d’euros annuels faits aux restaurateurs, il y aurait de quoi donner 30 000 euros à chaque SDF ! Résoudre le problème du logement en France semble donc davantage une question de volonté que de moyens…

Toujours à propos de propagande, notons avec quel cynisme TF1 et les autres instillent dans l’esprit des gens que les SDF qui meurent dans la rue sont ceux qui le veulent bien, car il refusent les hébergements d’urgence… C’est ce qu’un de mes voisins a osé m’affirmer l’autre jour, lorsque nous devisions sur les -14 degrés ambiants. Il est évident que
le SDF est maso, que si on lui donnait un logement décent et les moyens de le louer, il refuserait encore…

Encore plus instructif, le camarade Dagrouik rappelle dans un récent billet qu’il y a tout juste 3 ans, lors de la campagne présidentielle, Sarkozy promettait, avec l’enflure verbale qui le caractérise, de régler le problème dans les 2 ans… Que de la gueule, comme d’habitude. Extrait, cruel mais réaliste : “Je veux si je suis élu président de la
République que d’ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid. Le droit à l’hébergement, c’est une obligation humaine. Si on n’est plus choqué quand quelqu’un n’a plus un toit lorsqu’il fait froid et qu’il est obligé de dormir dehors, c’est tout l’équilibre de la société, où vous voulez que vos enfants vivent en paix, qui s’en trouvera remis en cause
”.

En attendant, tous les bourgeois qui marchent dans les rues piétonnes de Metz, les bras chargés d’onéreux cadeaux inutiles, manquent de buter tous les 50 mètres sur un SDF la main tendue…