Section de Gréasque
Section de Gréasque

Une Semaine en Centrisme. 2012: qu’est-ce que les centristes peuvent espérer, au mieux?

Personne ne pense, aujourd’hui, qu’à moins d’un séisme politique ou d’une situation tout à fait improbable, que le Centre puisse remporter l’élection présidentielle. Personne, même pas Jean-Louis Borloo et, peut-être,François Bayrou!

Dès lors, qu’est-ce que les centristes peuvent espérer au mieux en 2012? Et, subsidiairement, quelle est la bonne stratégie? (suite…)

Confédération des centres : RIP

Le cartel des droites a vécu. Sonnez hautbois résonnez musettes ! Le parti du ludion Borloo vient d’annoncer qu’il resterait au sein de l’UMP jusqu’en 2012 !

Voilà ce qu’il en est de ces supplétifs du pouvoir, la conviction à la hauteur des estomacs ! Le grand méchant loup a grondé et hop l’escargot rentre dans sa coquille bien au chaud au sein de l’UMP. Morin s’est vu en Géronimo (pas celui de Ben Laden, celui des Amériques du temps des cow-boys) mais, las, les sondages le créditant de 1 %, il essaye de se résoudre à être le troisième couteau d’un second couteau qui ne sait même pas s’il sortira de son fourreau se faisant dépasser dans les sondages par Bayrou.

(suite…)

Cantonales : les départements qui changent de majorité et François Hollande qui met le cap sur les primaires…

Peu de changements marquent ces élections cantonales. La gauche contrôlait 58 départements en France métropolitaine contre 42 à la droite avant le scrutin. Deux départements sont encore incertains, mais la gauche remporte deux conseils généraux, contre un à la droite. La Réunion et Mayotte passeraient également à gauche.

BASCULE À GAUCHE
La gauche espérait jusqu’à six conquêtes. Elle devra se contenter de deux de manière certaine dimanche soir, et peut en revendiquer quatre.             (suite…)

Trois suggestions à Bernard Kouchner

Hervé de Charette a été ministre des affaires étrangères en 1995-1996, alors que Jacques Chirac était président de la République et Alain Juppé premier ministre. Il a joué un rôle actif et positif au moment de l’agression israélienne contre le Sud-Liban au printemps 1996 (le premier ministre était alors Shimon Peres). Envoyé par le président, de Charette séjourne dans la région pendant près de deux semaines, obtenant, malgré les réticences américaines et israéliennes, la mise sur pied d’un groupe de surveillance du cessez-le-feu auquel sont associés la Syrie, Israël, le Liban, les Etats-Unis et la France.

Député, Hervé de Charette a quitté l’UMP en décembre 2009 et a rejoint le Nouveau Centre. Le 24 mars 2010, lors des questions au gouvernement, il est intervenu sur la question palestinienne  (suite…)