Section de Gréasque
Section de Gréasque

le débat sur la vie chère du 26 janvierà Gréasque

VIE CHERE ET POUVOIR D’ACHAT 

Le débat a réuni environ 25 personnes, il a duré de 18 heures à 20 heures.

Après une présentation du principe du débat participatif et du thème choisi en commission, le compte-rendu suit.

 

LOGEMENT

Un jeune couple ne peut pas se loger décemment.

 

Loi SRU

– Le principe des amendes n’apporte pas de réponses satisfaisantes.

– La loi SRU rencontre quelquefois l’opposition des habitants (riverains). Elle souffre surtout du prix des terrains.

Plus de pénalités mais des obligations décidées par l’Etat, assorties d’aides aux communes pour acquérir des terrains en adaptant aux réalités du terrain.

          Faire évoluer les mentalités par l’exemple en montrant que ça peut fonctionner. Une expérience réussie à Gréasque avec la construction dans le centre ville de logements sociaux (Pasteur).

La loi devrait obliger les Maires (inéligibilité ?) et prévoir que le Préfet puisse décider à la place des Maires défaillants. La question est à poser au niveau de l’intercommunalité (réaménagement du territoire)

 

Vérifier l’utilisation des logements sociaux . Une personne seule vivant dans un T4 ou T5, après que ses enfants aient quitter le logement.

 

Logements privés

          inciter les propriétaires à louer leurs logements vacants

prévoir un fond de garantie pour les propriétaires pour les loyers impayés; cette garantie serait donnée par l’Etat. Il ne faut pas déresponsabiliser les locataires.

 

ALIMENTATION

Renégocier le panier type de la ménagère

L’indice INSEE est négocié sur la base de ce panier, alors qu’il est mal calculé. La part de consommation contrainte et celle de consommation non contrainte doit entraîner un indice des prix à baser sur la part contrainte de la consommation.

          baisse de la TVA sur les produits alimentaires. Elle est déjà de 5,5%, nous restons sceptique sur ce type de baisse.

          Le prix d’un chariot moyen a augmenté de 80% depuis 2004 – Valse des étiquettes – quel est le rôle du politique sur ce poste ? Doit-on revenir à l’encadrement des prix ? Il existe des contrôles sanitaires, sur les dates de préemption de produits. L’encadrement des prix ne fonctionne pas.

          Si tous les consommateurs adhéraient à une association, ils auraient plus de poids. Donner aux associations de consommateurs la possibilité d’agir directement en justice ( sans s’appuyer sur les plaintes de consommateurs) Un contre-pouvoir peut êtrre mis en place rapidement en légiférant.

 

L’ENERGIE

          Estimer un forfait nécessaire d’énergie avec une TVA basse, et appliquer une TVA plus forte en cas de dépassement          Re-débattre la gestion de l’eau

          La TVA est payée 2fois sur les factures EDF, une baisse de TVA est ici nécessaire

 

LES TRANSPORTS

          Le chef d’entreprise réclame la mobilité de son personnel. Il doit donner les moyens de cette mobilité compte tenu des coûts de carburants et du peu de choix laissé au personnel.

          Si les transports en commune sont à rétablir, les utilisateurs doivent se réhabituer à les utiliser

          Développer le covoiturage

          Nécessité de réorganiser avec souplesse les services de train. Le ferroviaire est géré par la Région, le routier par le Département. Une harmonisation est indispensable.

 

L’ENDETTEMENT

          Suppression des publicités abusives sur les crédits (notamment à la télévision)

          Interdire les crédits revolving (???) mais droit des gens endettés à retrouver une vie décente

          Des situations de désespoir entraînant des personnes dans le surendettement. 

Exemples : – des pensions de réversion aux veuves non payées                            depuis 1 an 1/2 parce que le logiciel ne fonctionne pas.                             Si démission d’un CDD pour adopter un CDI.

Si à la fin de la période d’essai d’un mois, le CDI n’est pas confirmé, pour cette personne, il y a 4 mois de carence sans revenu.

          Jouer sur 2 tableaux :

o       Remettre ces populations surendettées dans un emploi digne

o       Que l’Etat intervienne dans les négociations sur les salaires du privé pour infléchir la politique salariale du privé. Que les réunions ne soient pas des simulacres !

 

LES REVENUS MODESTES 

Le SMIC doit être porté à 1500€ dès le 1er janvier 2009, sinon cette augmentation n’est pas un gain réel.

Une négociation dans les branches pour aider le PME à augmenter le SMIC dès septembre 2007

          si l’on tient compte du rendement de travail, le travail du français reste le plus rentable

          un professeur certifié débute avec le SMIC. Il faudrait que l’Etat donne l’exemple au niveau de ses salaires

          jouer sur les salaires les plus bas et sur les produits indisxpensable de première nécessité

          également sur les dépenses de l’Etat. Les entreprises perçoivent d’avantage de subventions que l’Education Nationale

          les grandes entreprises contactent régulièrement l’ANPE pour savoir quelles formules d’embauche lui permettra d’obtenir le maximum d’aides. Il faut redéployer les aides

REVENUS PRECAIRES

L’Etat doit donner l’exemple avant de donner des leçons aux autres.

          des contractuels sont payés en dessous du SMIC, d’autres normalement au SMIC, se retrouve avec des augmentations annuelles (depuis 2001) de 01/100

          le travail proposé par région, département, contrats aidés, dans la fonction publique conforte la précarisation de l’emploi pour des raisons financières.

 

PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES

 

          Il existe 7 niveaux de décision depuis la commune jusqu’à l’Etat. Il y a 36000 communes en France. Peut-on baisser les taxes ?

          Il faut baisser la TVA sur les produits de première nécessité : alimentaire, fournitures scolaires

          Problèmes de l’égalité de l’impôt sur l’Europe

 

 

REUNION DE SECTION

Parti socialiste – Section de Gréasque

Réunion de section
DIMANCHE 6 SEPTEMBRE 2009 à 10h30
Salle du château de Gréasque

Ordre du jour:

Situation de la gauche après les universités d’été

Dernier rappel pour la mise à jour de notre fichier adhérents de la section et règlements cotisations

Questions diverses

Le secrétaire

Jean-Bernard Billard

06 74 05 80 73

le débat sur la vie chère du 26 janvier à Gréasque

DEBAT PARTICIPATIF 

SECTION DE GREASQUE LE 26 JANVIER 2007 

VIE CHERE ET POUVOIR D’ACHAT 

Le débat a réuni environ 25 personnes, il a duré de 18 heures à 20 heures.

Après une présentation du principe du débat participatif et du thème choisi en commission, le compte-rendu suit.

 

LOGEMENT

Un jeune couple ne peut pas se loger décemment.

 

Loi SRU

– Le principe des amendes n’apporte pas de réponses satisfaisantes.

– La loi SRU rencontre quelquefois l’opposition des habitants (riverains). Elle souffre surtout du prix des terrains.

Plus de pénalités mais des obligations décidées par l’Etat, assorties d’aides aux communes pour acquérir des terrains en adaptant aux réalités du terrain.

          Faire évoluer les mentalités par l’exemple en montrant que ça peut fonctionner. Une expérience réussie à Gréasque avec la construction dans le centre ville de logements sociaux (Pasteur).

La loi devrait obliger les Maires (inéligibilité ?) et prévoir que le Préfet puisse décider à la place des Maires défaillants. La question est à poser au niveau de l’intercommunalité (réaménagement du territoire)

 

Vérifier l’utilisation des logements sociaux . Une personne seule vivant dans un T4 ou T5, après que ses enfants aient quitter le logement.

 

Logements privés

          inciter les propriétaires à louer leurs logements vacants

prévoir un fond de garantie pour les propriétaires pour les loyers impayés; cette garantie serait donnée par l’Etat. Il ne faut pas déresponsabiliser les locataires.

 

ALIMENTATION

Renégocier le panier type de la ménagère

L’indice INSEE est négocié sur la base de ce panier, alors qu’il est mal calculé. La part de consommation contrainte et celle de consommation non contrainte doit entraîner un indice des prix à baser sur la part contrainte de la consommation.

          baisse de la TVA sur les produits alimentaires. Elle est déjà de 5,5%, nous restons sceptique sur ce type de baisse.

          Le prix d’un chariot moyen a augmenté de 80% depuis 2004 – Valse des étiquettes – quel est le rôle du politique sur ce poste ? Doit-on revenir à l’encadrement des prix ? Il existe des contrôles sanitaires, sur les dates de préemption de produits. L’encadrement des prix ne fonctionne pas.

          Si tous les consommateurs adhéraient à une association, ils auraient plus de poids. Donner aux associations de consommateurs la possibilité d’agir directement en justice ( sans s’appuyer sur les plaintes de consommateurs) Un contre-pouvoir peut être mis en place rapidement en légiférant.

 

L’ENERGIE

          Estimer un forfait nécessaire d’énergie avec une TVA basse, et appliquer une TVA plus forte en cas de dépassement          Re-débattre la gestion de l’eau

          La TVA est payée 2fois sur les factures EDF, une baisse de TVA est ici nécessaire

 

LES TRANSPORTS

          Le chef d’entreprise réclame la mobilité de son personnel. Il doit donner les moyens de cette mobilité compte tenu des coûts de carburants et du peu de choix laissé au personnel.

          Si les transports en commune sont à rétablir, les utilisateurs doivent se réhabituer à les utiliser

          Développer le covoiturage

          Nécessité de réorganiser avec souplesse les services de train. Le ferroviaire est géré par la Région, le routier par le Département. Une harmonisation est indispensable.

 

L’ENDETTEMENT

          Suppression des publicités abusives sur les crédits (notamment à la télévision)

          Interdire les crédits revolving (???) mais droit des gens endettés à retrouver une vie décente

          Des situations de désespoir entraînant des personnes dans le surendettement. 

Exemples : – des pensions de réversion aux veuves non payées                            depuis 1 an 1/2 parce que le logiciel ne fonctionne pas.                             Si démission d’un CDD pour adopter un CDI.

Si à la fin de la période d’essai d’un mois, le CDI n’est pas confirmé, pour cette personne, il y a 4 mois de carence sans revenu.

          Jouer sur 2 tableaux :

o       Remettre ces populations surendettées dans un emploi digne

o       Que l’Etat intervienne dans les négociations sur les salaires du privé pour infléchir la politique salariale du privé. Que les réunions ne soient pas des simulacres !

 

LES REVENUS MODESTES 

Le SMIC doit être porté à 1500€ dès le 1er janvier 2009, sinon cette augmentation n’est pas un gain réel.

Une négociation dans les branches pour aider le PME à augmenter le SMIC dès septembre 2007

          si l’on tient compte du rendement de travail, le travail du français reste le plus rentable

          un professeur certifié débute avec le SMIC. Il faudrait que l’Etat donne l’exemple au niveau de ses salaires

          jouer sur les salaires les plus bas et sur les produits indispensable de première nécessité

          également sur les dépenses de l’Etat. Les entreprises perçoivent d’avantage de subventions que l’Education Nationale

          les grandes entreprises contactent régulièrement l’ANPE pour savoir quelles formules d’embauche lui permettra d’obtenir le maximum d’aides. Il faut redéployer les aides

REVENUS PRECAIRES

L’Etat doit donner l’exemple avant de donner des leçons aux autres.

          des contractuels sont payés en dessous du SMIC, d’autres normalement au SMIC, se retrouve avec des augmentations annuelles (depuis 2001) de 01/100

          le travail proposé par région, département, contrats aidés, dans la fonction publique conforte la précarisation de l’emploi pour des raisons financières.

 

PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES

 

          Il existe 7 niveaux de décision depuis la commune jusqu’à l’Etat. Il y a 36000 communes en France. Peut-on baisser les taxes ?

          Il faut baisser la TVA sur les produits de première nécessité : alimentaire, fournitures scolaires

          Problèmes de l’égalité de l’impôt sur l’Europe

 

A Gréasque le 28 janvier 2007

Le secrétaire de la section de Gréasque

Jean-Bernard Billard

débat participatif vendredi 26 janvier

La section organise le débat participatif avec pour thème :

LA VIE CHERE ET LE POUVOIR D’ACHAT

Ce débat aura lieu salle Louise Michel, à 18 heures

Les forums participatifs

La Fédération organise 2 débats participatifs fédéraux.

le premier aura pour thème la vie chère et le pouvoir d’achat le samedi 13 janvier de 9h30 à 12h30, à la Fédération, rue Montgrand à Marseille. Le second aura pour thème  l’environnement et le co-développement durable. Il se déroulera le samedi 20 janvier de 9h30 à 12h30, à la Halle polyvalente du complexe de Parsemain à Fos-sur-Mer

 Les débats participatifs, qui redonnent la parole aux citoyens, sont au cœur de la campagne de notre candidate Ségolène ROYAL, parce qu’ils : remettent les citoyens au cœur du projet des socialistes et préparent le projet présidentiel, font venir à la politique des gens qui en sont éloignés et ont le sentiment de ne compter pour rien, identifient les priorités des Français, et les problèmes tels qu’ils se posent, font émerger des idées nouvelles, des propositions créatives, des formulations pertinentes

Pour sa part, notre section organisera son propre débat dans le courant du mois de janvier à Gréasque. Le thème la date et le lieu seront décidés en assemblée générale le 7 janvier. 

Amitiés

Le secrétaire,

Jean-Bernard Billard

06 74 05 80 73

Forums participatifs

Cher(e) camarade,

La Fédération organise 2 débats participatifs fédéraux.

le premier aura pour thème la vie chère et du pouvoir d’achat le samedi 13 janvier de 9h30 à 12h30, à la Fédération, rue Montgrand à Marseille. Le second aura pour thème  l’environnement et leco-développement durable. Il se déroulera le samedi 20 janvier de 9h30 à 12h30, à la Halle polyvalente du complexe de Parsemain à Fos-sur-Mer

 Les débats participatifs, qui redonnent la parole aux citoyens, sont au cœur de la campagne de notre candidate Ségolène ROYAL, parce qu’ils : remettent les citoyens au cœur du projet des socialistes et préparent le projet présidentiel, font venir à la politique des gens qui en sont éloignés et ont le sentiment de ne compter pour rien, identifient les priorités des Français, et les problèmes tels qu’ils se posent, font émerger des idées nouvelles, des propositions créatives, des formulations pertinentes

Pour sa part, notre section organisera son propre débat dans le courant du mois de janvier à Gréasque. Le thème la date et le lieu seront décidés en assemblée générale le 7 janvier.