Section de Gréasque
Section de Gréasque

Suzanne Maurel perd les municipales 2014 à Gréasque

La candidate Suzanne Maurel, maire sortante, en tête au premier tour, avait toujours été en tête au second tour ou élue au premier tour depuis 1989.

  • L’abstention à Gréasque est toujours inférieure à la moyenne nationale.
  • Le score de l’extrême gauche a toujours été inférieur à la moyenne nationale à Gréasque.

Si Suzanne Maurel Chordi (Greasque Demain) l’avait emporté en 2008 à Gréasque avec 51.84% des suffrages, c’était à l’issue d’une triangulaire avec René Cecchinel, « Greasque Demain » (48.16%) .

    • Fusion pour ce second tour entre les listes de Gréasque avenir et Greasque autrement

Le Second tour donne le victoire à Gréasque Autrement, menée par Michel Ruiz

Résultats du deuxième tour des élections Municipales du dimanches 30 mars 2014.

PNG - 16.6 ko

les résultats du deuxième tour des élections municipales du 30 mars 2014 sont

JPEG - 73.7 ko

résultats du 1er tour des élections municipales du 23 mars 2014

Bureau 1 Bureau 2 Bureau 3 Total
Inscrits 1136 996 1168 3303
Votants 831 771 862 2464
Nuls 25 15 8 68
Exprimés 806 756 834 2396

Résultats par bureau

Bureau 1 Bureau 2 Bureau 3 Total suffrages exprimés en %
M.RUIZ 272 292 293 857 35,77
M. TALASSINOS 171 186 190 547 22,83
Mme. MAUREL 363 278 351 992 41.40

Suzanne Maurel : « Gréasque peut rentrer dans la CPA la tête haute »

Plus de dix ans que son maire PS, Suzanne Maurel-Chordi, ferraille pour faire entrer son jrîllage à la CPA, Ce sera fait au 1er janvier prochain.
« Je n’ai pas attendu la CPA pour avoir des projets mais je suis ravie d’y faire entrer Gréasque ».

En 2013, Suzanne Maurel-Chordi fêtera ses trente ans de mandat à Gréasque (dont 24 avec l’écharpe de maire). Et une petite victoire: après avoir ferraillé pendant plus de dix ans pour faire entrer son village dans la Communauté du pays d’Aix, elle y aura son siège au 1er janvier 2014. L’ancienne professeur de maths et directrice de collège, collectionne les tortues mais mène son village avec grand entrain. 4 200 habitants, 7 millions d’euros de budget, « un endettement proche de zéro » et des projets à revendre – une école en construction, la requalifi-cation d’une zone de 10 000m2 avec commerces et logements. « On a perdu beaucoup de temps mais je n’ai pas attendu la CPA pour avancer, glisse-t-elle. Nous pouvons donc y entrer la tête haute ».
I Cela fait des années que vous vous battez pour que Gréasque entre dans la Communauté du pays d’Aix, pourquoi?
« J’ai toujours été convaincue que mutualiser dans certains domaines était indispensable: en 92, avec la loi Chevènement sur les communautés de communes, les petits villages du bassin minier s’étaient regroupés : on avait mutualisé les transports scolaires et le ramassage des déchets. Ça a très bien marché jusqu’à la loi de 1999 sur les communautés d’agglo. Il s’agissait alors de se regrouper autour d’une ville : mon souhait était de le faire autour de Gardanne, notre petit bourg centre. Mais le maire n’a jamais voulu parce qu’il était contre la loi. Donc tous les petits villages autour ont souhaité, ajuste titre, se tourner vers Aubagne car ils ont vraiment une vie axée vers cette commune. Mais les habitants de Gréasque, eux, vont faire leurs courses, vont au spectacle, à l’hôpital, au lycée, travailler à Aix. Donc quand il a fallu faire un choix, j’ai dit ‘Non, on ne va pas aller avec Aubagne’. Et c’est là que la bataille a commencé.
I Pourtant en 2001, quand a été créée la CPA, c’est Maryse Joissains (UMP) qui n’est pas de votre bord politique qui en a pris la tête alors qu’Aubagne est à gauche?
Gardanne (la communiste, ndlr) a, à un moment, voulu aller vers Aubagne mais le maillon géographique, celui qui assure la continuité territoriale, c’est Gréasque. Ils sont venus pour essayer de me convaincre d’entrer dans l’agglo d’Aubagne, j’ai eu des pressions. Des pressions fortes, y compris de la part de mes élus communistes. Car l’idée qu’il y avait derrière, c’était faire un regroupement politique. Mais j’ai toujours pensé que nous avions vocation à aller avec Aix, que le maire soit Maryse Joissains ou Jean-François-Picheral. J’ai toujours eu un raisonnement en bassin de vie, bassin d’emploi. Il n’a jamais été politique et il ne l’est toujours pas. Les maires passent, leurs idées aussi: c’est parfaitement ridicule de vouloir faire des regroupements politiques. C’est la logique du territoire qui doit prévaloir.
« C’est parfaitement ridicule de vouloir faire des regroupements politiques. C’est la logique du territoire qui doit prévaloir ».
I Pourquoi a-t-il fallu attendre tant d’années?
Il a fallu patienter, jusqu’en 2007, avant que ne soit dissoute la communauté de communes de l’Etoile et du Merlançon car Cadolive et Gréasque ne voulaient pas rejoindre Aubagne. Le préfet Frémont avait été exemplaire sur ce dossier : il m’a beaucoup soutenue. Mais Maryse Joissains ne voulait pas faire entrer Gréasque dans la CPA, puisque géographiquement cela enclavait Gardanne. Qu’elle ne voulait pas faire entrer de force dans la CPA et surtout devoir assumer financièrement des compensations car la taxe professionnelle de Gardanne était très élevée. Donc en 2007, on s’est retrouvé isolé. C’est finalement la loi de 2010 (qui ne permet plus à aucune commune d’être isolée d’une communauté d’agglomération) que l’on a été obligé de prendre des décisions.
I Qu’attendez-vous concrète-
ment de votre entrée dans la CPA?
Le véritable problème de Gréasque ce sont les transports : mes administrés ont besoin de transports plus performants, plus réguliers pour se rendre sur Aix. Avec Gardanne, on a mis en place des transports scolaires et en commun réguliers: car comme nous étions deux villes isolées, on a créé un syndicat intercommunal des transports et cela se passe très bien. Mais aujourd’hui, mutualiser plus de moyens donnera forcément une autre envergure au service: ce n’est pas normal que beaucoup d’habitants aillent prendre le bus à Fuveau pour aller à Aix. Il est temps que les transports en commun arrivent jusqu’à Gréasque.
I N’avez-vous pas des craintes? Aujourd’hui vous décidez seule. Demain, ce sera à 36 communes?
Oui, bien sûr j’ai des craintes. Je me demande si mes administrés vont avoir le même service de proximité qu’aujourd’hui. S’il y a un dépôt sauvage à côté d’un container, aujourd’hui, dans la demi-journée, il est enlevé. Est-ce que ce sera le cas avec la CPA, je n’en sais rien… Je n’ai jamais entendu mes collègues maires s’en plaindre.
I En revanche, ils se plaignent parfois des choix de la CPA dominés par les intérêts de la ville centre. Gréasque est-elle prête à payer pour Aix?
Est-ce que vraiment mes administrés qui vont payer pour la communauté? J’espère que non. Les impôts locaux vont rentrer dans notre budget à nous. C’est la CPA qui va nous rapporter plutôt que l’inverse. Je n’ai qu’à regarder mes voisins : quand je vois, à Mimet ou Fuveau, tous les travaux d’entrées de ville que la CPA a financés, je me dis que si on avait les mêmes aides, ce serait vraiment bien. Dans le domaine de la culture, on a aussi beaucoup de choses à mutualiser : il nous est difficile, par exemple, de valoriser le musée de la mine. Il y a beaucoup de choses à développer en terme de tourisme. Dans notre secteur, on ne voit qu’Aix, mais l’arrière-pays demeure très riche.
/PHOTO SOPHIE SPITERI
I Tous vos efforts pour entrer dans la CPA peuvent être anéantis par la création prochaine d’une Métropole…
Certains élus d’Aix m’ont dit : ‘Mais alors cela ne sert à rien que vous rentriez dans la CPA ?’ Ce n’est pas vrai. Dès le 1er janvier 2014, on siégera à la CPA. Avant que l’on siège à la Métropole, il se passera du temps. Quand je lis les différents avis sur le projet, je sens bien que les motivations des uns et des autres sont très différentes.
« Ce n’est pas normal que beaucoup d’habitants aillent prendre le bus à Fuveau pour aller à Aix. Il est temps que les transports viennent jusqu’à Gréasque ».
I Alors pour ou contre la Métropole?
Gréasque a longtemps été une commune isolée, cela veut dire que j’ai longtemps géré ma commune toute seule. Et de façon plus terre-à-terre aussi, que je n’ai pas d’indemnité complémentaire à côté… Je dois être le maire le moins indemnisé du département puisqu’avec mes adjoints, nous minorons nos indemnités pour les répartir aux conseillers municipaux. Donc moi je touche 1600€ nets, point. Je ne suis pas vice-présidente de quoi que ce soit. Et je crois qu’il y en a qui ne se battent pas sur le fond du problème que pose la métropole. Mais je fais partie des maires qui ont signé le courrier (à François Hollande) non pas contre la Métropole mais contre le fait que cela aille trop vite et que l’on n’a pas assez d’élément pour préserver cette démocratie locale qui fait notre force. Mais dans notre secteur d’Aix Marseille, on a vraiment besoin de quelque chose: moi j’ai trop souffert de ce problème de transports dans ma commune pour penser le contraire. Dans le domaine économique, il y a aussi beaucoup d’attentes. Mais je suis socialiste et je fais confiance au gouvernement ».

La Provence Propos recueillis par Alexandra DUCAMP

Gréasque et Gardanne rattaché au Pays d’AIX

Le conseil communautaire du pays d’Aix a voté, hier soir, l’intégration des deux communes.

Première apparition à la CPA -dans le public, pour commencer- hier soir pour Suzanne Maurel qui se bat depuis des années pour que sa commune intègre le pays d’Aix.

Maryse Joissains, présidente (UMP) de la Communauté d’agglomération du pays d’Aix (CPA), rêvait d’une « belle unanimité », hier soir à Saint-Cannat, pour le seul gros sujet du conseil communautaire.

Elle en fut une nouvelle fois pour ses frais. Il s’agissait pourtant simplement de valider une disposition qu’impose la loi : l’intégration des communes de Gardanne et de Gréasque au sein de la CPA. Pas une nouveauté, donc, puisque depuis l’aube des années 2000, Gréasque avait clairement énoncé sa volonté de rejoindre le pays d’Aix. Et que Gardanne, depuis presqu’aussi longtemps, avait manifesté son hostilité à toute intégration, que ce soit du côté de l’Agglo aubagnaise ou de la CPA aixoise. Ces deux communes, les seules du périmètre à n’être rattachées à aucune communauté de communes, savaient leur destin lié, pour cause de continuité territoriale. Elles savaient aussi, que de reculades en évitements, ni l’une ni l’autre n’échapperaient in fine à cette « rationalisation de la carte intercommunale du département » imposée par l’Etat. La date-butoir pointant à l’horizon -le 1er juin prochain- c’est donc hier soir qu’une des ultimes étapes du processus devait être franchie côté CPA, avec un vote « de bonne volonté » des élus communautaires. « L’intégration est automatique et elle aurait pu se passer de vote, a souligné en préambule Maryse Joissains. Mais c’est l’occasion pour nous de dire aux populations de Gréasque et de Gardanne que nous les accueillons avec plaisir dans notre structure. Ces deux maires, Suzanne Maurel pour Gréasque et Roger Meï pour Gardanne, qui ont fait un travail remarquable sur leur territoire, ont choisi de rejoindre notre territoire plus que celui d’Aubagne comme ils pouvaient choisir de le faire. Alors oui, il est important de leur souhaiter la bienvenue ». Un plaisir également partagé par Jean-Louis Canal, maire (PS) de Rousset, « heureux que ces deux communes rejoignent la CPA à l’heure où nous définissons un avenir sur l’aire métropolitaine ».

Mais l’unanimité n’est pas allée bien au-delà. Si le cas de Gréasque, devant son maire, présente dans le public, n’a fait l’objet d’aucune discussion, celui de Gardanne a en revanche suscité le débat.

« C’est avant tout aux Gardannais de savoir s’ils veulent ou pas intégrer notre collectivité, a posé Christian Burle, le maire (UMP) de Peynier. Et c’est pour respecter leur autonomie, celle de leur maire et de leur conseil municipal que je m’abstiens sur ce dossier ». Une position ralliée par Jean-Claude Féraud, le maire (UMP) de Trets : « La population de Gardanne sera toujours la bienvenue au sein du pays d’Aix. Et si je m’abstiens également, c’est pour respecter la position du maire de Gardanne ». Mais quelle position, au fait ? « Roger Meï a toujours été contre l’intégration de sa commune, a tenté d’expliquer Maryse Joissains Aujourd’hui, il l’accepte, je l’ai rencontré et il me l’a confirmé, mais il lui est impossible de se renier devant sa population… » Peu convaincu, Michel Boulan, le maire (UMP) de Châteauneuf-le-Rouge, est venu grossir le camp des abstentionnistes, au nom du sacro-saint principe « de respect du rôle et de la fonction du maire d’une commune à qui on ne doit pas imposer » une décision. « Vous votez donc contre Gardanne », a feint de conclure Maryse Joissains, irritée de voir s’envoler son rêve d’unanimité. « C’est précisément le contraire, a insisté Michel Boulan. Nous ne sommes pas contre Gardanne, mais il est essentiel de respecter la volonté des Gardannais exprimée par leur maire ».

« Le problème, c’est Meï, soufflait en aparté un maire du pays d’Aix. Il n’a pas de discours clair: il crie à qui veut l’entendre qu’il est contre l’intégration de sa commune par le pays d’Aix, mais en même temps, il rencontre Maryse Joissains et les fonctionnaires de la CPA pour que cette intégration se passe bien…

Nous, en tant que maires, nous avons assez souffert de cette volonté de nous imposer des dispositions par la force pour que nous ne fassions pas la même chose avec Gardanne. Même si Meï joue à fond l’ambiguïté, il nous appartient de ne rien lui imposer. Et pour l’heure, sa position officielle est contre l’entrée de sa commune à la CPA ».

N.R.

◗ L’HISTOIRE

En 1993, la Communauté de communes du Pays d’Aix est créée, regroupant alors six communes : Aix-en-Provence, Bouc-Bel-Air, Coudoux, Saint-Cannat, Venelles et Vitrolles. Cette entité se développe progressivement et réunit 33 communes en 2001, année où elle devient la Communauté d’agglomération du pays d’Aix (CPA). Depuis l’arrivée de Mimet en janvier 2002, et avant celles de Gardanne et de G réasque, la CPA compte 34 communes membres.

◗ LE CALENDRIER

L’arrêté préfectoral définitif portant extension du périmètre de la CPA par intégration des communes de Gréasque et Gardanne, ne pourra être pris après le 1er juin 2013 et aura une date d’effet au 1er janvier 2014. A compter de cette date, le calendrier prend en compte deux séquences : d’une part la période qui s’étale du 1er janvier 2014 à la date des élections municipales du mois de mars 2014, et d’autre part, la période post élections. Ces deux périodes ne relèvent pas des mêmes règles quant à la composition du Conseil Communautaire et sont rythmées tantôt par la législation « de droit commun » antérieure à la loi du 16 décembre 2010, tantôt par les dispositions de la loi du 16 décembre 2010, modifiée les 29 février et 31 décembre 2012.

◗ LA POPULATION

La Communauté d’agglomération du pays d’Aix compte aujourd’hui 34 communes et 363 712 habitants: Aix (144884 habitants), Beaurecueil (637), Bouc-Bel-Air : (14028), Cabriès ( 8 840), Châteauneuf-le-Rouge (2 171), Coudoux (3 501), Éguilles (7783), Fuveau (9 429), Jouques (4 293), Lambesc (9492), Meyrargues (3 645), Meyreuil (5 403), Mimet (4595), Les Pennes-Mirabeau (19 706), Pertuis (19265), Peynier (3 108), Peyrolles-en-Provence (4 772), Puyloubier (1946), Le Puy-Sainte-Réparade (5389), Rognes (4767), La Roque-d’Anthéron (5256), Rousset (4546), Saint-Antonin-sur-Bayon (141), Saint-Cannat (5 644) ; Saint-Estève-Janson (360), Saint-Marc-Jaumegarde (1191), Saint-Paul-lès-Durance (992), Simiane-Collongue (5531), Le Tholonet (2 292), Trets (10463), Vauvenargues (1015), Venelles (8409), Ventabren (4759), Vitrolles (35459). Avec l’intégration de Gardanne (20799 habitants) et Gréasque (4163 habitants), la CPA comptera sur son territoire quelque 388674 habitants (chiffres recueillis par l’Insee au 1er janvier dernier).

 

Gréasque intégrera la Communauté du Pays d’Aix

Fidèle à la tradition, Suzanne Maurel, la maire de Gréasque a convié les habitants du village pour la cérémonie des vœux.

JPEG - 187.1 ko

Avant de procéder au discours, la maire a tenu à honorer les médaillés du travail, et a, entre autre, félicité Nicolas Savant Aira, médaillé de bronze de tennis de table aux jeux paralympiques de Londres. Après un diaporama photos sur le bilan de l’année écoulée, Suzanne Maurel a entamé ses vœux pour l’année 2013 en annonçant la future intégration de Gréasque à la Communauté du Pays d’Aix.

« Nous souhaitions faire partie de la CFA depuis plus de 10 ans. Ça n’a jamais été un choix partisan, dicté par des considérations politiques mais un choix rationnel et une volonté de développer les services publics en mutualisant les moyens, dans notre bassin de vie et d’emploi », précise-t-elle. Le préfet a annoncé la décision dans un arrêté daté du 18 décembre 2012 et la commune es¬père que cette intégration se fera dès 2013.
La maire est aussi revenue brièvement sur le débat lié à la métropole : « Je souhaite aborder le sujet sous un jour nouveau. La métropole doit se mettre au service des communes afin de promouvoir une identité nouvelle, reconnue à l’échelle euro-méditerranéenne. Elle doit également structurer le territoire et le rendre plus attractif et dynamique ». Elle a ensuite évoqué les grands chantiers de 2012, notamment la réhabilitation de l’église du village, qui sera inaugurée le 10 février prochain et la construction de la nouvelle école qui entrera en service dès la rentrée de septembre.
Pour 2013, la commune continuera de mettre en valeur le cadre de vie des habitants en créant une voie verte sur le tracé de l’ancienne voie ferrée afin de relier le cœur du village aux quartiers Sud. Au niveau du développement économique, la partie Sud du parc d’activités des Pradeaux sera requalifiée, l’objectif étant de créer un espace commercial, complémentaire au cœur du village. La municipalité mènera également à terme la révision du Plan
d’occupation des sols et sa transformation en Plan local d’urbanisme, « Les enjeux ont été définis au travers du projet d’aménagement et de développement durable dont les objectifs principaux sont de maintenir une croissance démographique modérée et un développement urbain harmonieux, respectueux de nos espaces naturels ».

Caroline GLANDER – La Provence – 15 01 2013